Actus

Sylvain GirO chante Bertolt Brecht

Une légende chinoise dont Bertolt Brecht a transposé l’action dans le Caucase et dont le metteur en scène Christophe Rouxel a choisi de placer l’histoire en pays de Redon...Une histoire d’adoption et de bonté, une adaptation du jugement du roi Salomon, une révolution presque carnavalesque... L’alternance d’absurde, de drôlerie, de tragédie et de drame...

Du 14 au 25 juillet2017 à Rieux (Morbihan), la pièce Le cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht mis en scène par Christophe Rouxel (Théâtre Icare) a fait complet (2 000 personnes). On y retrouvait Sylvain GirO dans le rôle du récitant-chanteur. Avec lui, un comédien professionnel - l’excellent Yvon Potier - et près de 65 comédiens amateurs, de 7 à 85 ans...

Une pièce de théâtre musicale et déambulatoire en pleine forêt ou au bord de l’eau, dont Sylvain a signé la musique et les chansons. La bande-son musicale musique a été arrangée et enregistrée par le GirO 4tet du Lac d’Eugénie : Erwan Martinerie (violoncelle), Julien Padovani (Fender Rhodes, harmonium, claviers), Jean Marie Nivaigne (batterie, percussions) et Sylvain (voix, violon). Avec aussi quelques invités : Erwan Hamon (bombarde, flûte traversière en bois) et François Robin (veuze). La prise de son et le mixage sont signés Ronan Fouquet au studio Batiskaf à Nantes.

Pour le plaisir des oreilles, petit extrait : CLIC

Quelques texte pour Kharoub

Sylvain signe quelques textes du magnifique concert Kharoub donné pour la première en décembre 2016 au Nouveau Pavillon de Bouguenais. Kharoub ou la rencontre du Quintet Hamon Martin, l’un des groupes les plus créatifs de la musique bretonne d’aujourd’hui avec le chanteur palestinien Basel Zayed et son frère percussionniste Yousef. Ils se sont rencontrés en 2014 à Jérusalem et ont souhaité croiser leurs expressions. Musique populaire du pays de Redon et de Cisjordanie, reprises de Fairouz, Oum Kalthoum, textes originaux écrits par Sylvain GirO et Denis Flageul. Ici se racontent en français et en arabe la résistance, la lutte, le partage et le vol. Ici se dit aussi en tissage les émotions universelles, les joies et les peines, l’amour et la mort. Et les rondes bretonnes deviennent un miroir de la dabké arabe…

Songe au miroir de nos vers
Des complaintes de nos mères
Quand le mur te fissure
Et t’emprisonne et te fait taire

Songe à l’écho de nos airs
De nos rhapsodies vernaculaires
Quand le mur, te fissure
Et t’emprisonne et te fait taire

Songe aux pas qui foulent la terre
Songe aux rondes qui tissent nos frères
Quand le mur, te fissure
Et t’emprisonne et te fait taire

C’est par le chant, au-delà des mers
Des barbelés et des fils de fer
Que le murmure se fissure
Et laisse passer la lumière

Recevez la lettre d'information  / + Inscrivez-vous