Bio

2010, après des années de musique en groupe, Sylvain GirO se lance dans une aventure musicale personnelle.

Il cherche à fabriquer une chanson francophone qui lui soit propre, fondé sur un travail d’écriture intime et exigeant et des inflences musicales croisant le rock, la chanson, l’improvisation et les musiques populaires du monde, principalement européennes.

Il entame une collaboration musicale fructueuse avec deux musiciens « protéiformes », aux mutliples influences : Julien Padovani (orgue Hammond, Fender Rhodes) et Jean-Marie Nivaigne (batterie, percussions). Le premier album Le batteur de grève sort en 2011 et fait figure d’ovni dans le paysage de la chanson francophone : treize titres allant de la chanson pop à la complainte déchirante en passant par des ambiances plus rock et des plages d’improvisation. Sylvain GirO y fait valoir une écriture très visuelle et cinématographique, une voix très timbrée et expressive, un style et un phrasé très rythmiques et ludiques, plein de variations. Le concert est donné une trentaine de fois(ARC à Rezé, festival des Vieilles Charrues, Bouche d’Air Nantes, Pôle Sud de Chartres-de-Bretagne , Quai d’Angers, THV de Saint-Barthélémy d’Anjou...).

En 2013, Sylvain GirO expérimente une écriture de chanson française un peu moins cryptée mais toujours très poétique, en duo avec le violoncelliste Erwan Martinerie. Il publie un six titres autoproduit enregitré en concert. Sylvain GirO y prend une direction musicale radicalement acoustique, intimiste, sobre, dépouillée. Juste le jeu et la complicité de deux interprètes en liberté. Juste la force des respirations et des silences. Juste les timbres de la voix et du violoncelle qui se confondent.

En 2014, Sylvain GirO réunit Julien Padovani (orgue Hammond, Fender Rhodes, choeurs), Jean-Marie Nivaigne (batterie, percussions, choeurs) et Erwan Martinerie (violoncelle acoustique et électro-acoustique, choeurs) pour une aventure artistique incroyable : Le lac d’Eugénie. Il s’agit cette fois d’un véritable spectacle qui entremêle ses nouvelles chansons et quelques-unes du Batteur de grève avec un récit inspiré de faits réels ou autobiographiques. Une sorte de conte rock lacustre co-écrit avec Nicolas Bonneau (Sorties d’usine, Ali74 Le combat du siècle, Inventaire 68...). Un homme qui se perd puis se retrouve... Une quête initiatique aux limites du fantastique, où l’on croise un village fantôme à la Tim Burton, une forêt labyrinthique, un bal endiablé et un lac enneigé. Tout s’enchaîne et s’imbrique. On est comme happés…

Les chansons y font merveille : très visuelles, on peut s’y nicher pour fabriquer sa propre histoire. Un monde parfois étrange et onirique, aux confins du merveilleux. Un univers empreint d’une élégante mélancolie. Et surtout une voix et une présence scénique hors du commun. Le spectacle créé en février 2014 est donné une cinquantaine de fois (Grenier à Sel d’Avignon, Théâtre de Morlaix, Bouguenais, Orvault, Montfort/Meu, Montluçon, Annemasse, Zèbre de Belleville, Ploemeur, Carnac, Nivillac, Quimper...). Il donne lieu à un album produit par le label nato et distribué par L’autre distribution : Le lac d’Eugénie sort en décembre 2014.

Avec Les affranchies en 2017, Sylvain reprend une formule duo « augmentée » avec Erwan Martinerie au violoncelle acoustique, électro-acoustique et aux machines. GirO prend une couleur plus électrO. Sylvain s’attaque cette fois à la lettre. Comme Vian (Le déserteur) ou Polnareff (Lettre à France), il écrit un répertoire original uniquement composé de chansons épistolaires. Les affranchies sont créées en octobre 2017 à la Soufflerie de Rezé, co-écrit avec Cécile Delhommeau (cie La Grosse Situation) et mis en scène par Patrick Ingueneau (cie La Martingale). Le spectacle est donné une vingtaine de fois au cours de la saison 2017-18 et donne lieu à un nouvel album éponyme (chez À la zim ! Muzik).

Dans Les affranchies, Sylvain chante ou slame en musique des lettres intimes et poétiques, engagées et brûlantes, parfois drôles et absurdes. Il tisse un lien subtil entre toutes ces missives, pour mieux nous dévoiler en filigrane son écho de la France d’aujourd’hui. La lettre pour mieux se jouer de l’absence. La lettre pour rendre leur dignité à ceux qui en sont privés. La lettre en forme de résistance à l’urgence et à l’oubli.

Et aussi :

L’été 2017 (10 représentations, 2000 spectateurs) puis 2018 (15 représentations), Sylvain GirO est le compositeur, récitant et chanteur du spectacle de théâtre Le Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht, créé par Christophe Rouxel et le Théâtre Icare à Rieux, Morbihan.

Depuis 2008, Sylvain écrit des textes de chanson pour : le Hamon Martin Quintet (album Du silence et du temps et Les vies que l’on mène), le label nato (album Chroniques de Résistance du pianiste Tony Hymas - ffff Télérama), le groupe Ciac Boum et d’autres.

Avant de prendre le nom de « GirO » et de développer une démarche artistique personnelle, Sylvain Girault a été depuis 1999 le chanteur de nombreuses aventures, essentiellement dans le domaine des musiques trad’actuelles ou nouvelles musiques traditionnelles : Katé-Mé (1999-2009, puis reprise éphémère pour une tournée 2016), La dame blanche (2008-2012), le collectif Jeu à la Nantaise (depuis 2009), la Circulaire (depuis 2015).

Enfin deux clips de chansons créées par Sylvain GirO ont connu un écho important sur les réseaux sociaux ces derniers temps. Notre-dame des oiseaux de fer en 2016 (musique Hamon Martin Quintert) avec Mathieu Hamon, Bertrand Cantat, Émily Loizeau, Marthe Vassallo, Delphine Coutant, Ana Igluka, Mouss & Hakim, Sylvain GirO, Sanseverino et André Minvielle recueille à ce jour près de 140 000 vues sur YouTube. La rue des lilas créée à l’occasion de la reformation du groupe Katé-Mé en 2016 compte plus de 200 000 vues sur Facebook et plus de 30 000 sur YouTube.

 
Recevez la lettre d'information  / + Inscrivez-vous