Menu
Fermer

Sylvain GirO

Depuis 2010, Sylvain GirO…
Le parcours du chanteur nantais Sylvain GirO est celui d’un artiste baigné dans le chant populaire de tradition orale de haute Bretagne (francophone), passionné par la création dans les musiques traditionnelles d’Europe et du monde, qui s’appuie sur tout cela mais aussi sur d’autres influences et courants musicaux (le rock, la chanson, la pop, l’électro, l’improvisation…) et artistiques (la danse, le conte, le cinéma…) pour exprimer un point de vue sur le monde à travers la musique et la poésie. Il cherche à inventer une chanson francophone à la fois intime et universelle, spirituelle et dansante, poétique et flamboyante.

Le batteur de grève
2010, après des années de musique en groupe, en particulier au sein de Katé-Mé, c’est le début d’une aventure musicale personnelle sous le nom de Sylvain GirO. Il entame une collaboration musicale fructueuse avec deux musiciens « protéiformes », aux mutliples influences : Julien Padovani (orgue Hammond, Fender Rhodes) et Jean-Marie Nivaigne (batterie, percussions). Le premier album Le batteur de grève sort en 2011 et fait figure d’ovni dans le paysage de la chanson francophone : treize titres allant de la chanson pop à la complainte déchirante en passant par des ambiances plus rock et des plages d’improvisation. Sylvain GirO y fait valoir une écriture très visuelle et cinématographique, une voix très timbrée et expressive, un style et un phrasé très rythmiques et ludiques, plein de variations.

Je suis le batteur de grève
Je longe les rives de sable
À la recherche d’un oiseau
À la recherche d’une épave
À la recherche de la sève
Qui reste encore un peu dans l’eau

Les camélias de Nantes
En 2013, Sylvain GirO expérimente une écriture de chanson française un peu moins cryptée mais toujours très poétique, en duo avec le violoncelliste Erwan Martinerie. Il publie Les camélias de Nantes, un EP six titres enregistré en concert. Sylvain GirO y prend une direction musicale radicalement acoustique, intimiste, sobre, dépouillée. Juste le jeu et la complicité de deux interprètes en liberté. Juste la force des respirations et des silences. Juste les timbres de la voix et du violoncelle qui se confondent.

Il s’en ait fallu d’un cheveu
Pour que tu fasses le voyage
Pour que tu ne fermes les yeux
Comme une fuite entre deux âges…

Ça n’eût pas été très heureux
Ça n’eût pas été distingué
Tu n’allais pas sans un adieu
Manquer de traverser le gué

Le lac d’Eugénie
En 2014, Sylvain GirO réunit Julien Padovani (orgue Hammond, Fender Rhodes, chœurs), Jean-Marie Nivaigne (batterie, percussions, chœurs) et Erwan Martinerie (violoncelle acoustique et électro-acoustique, chœurs) pour une aventure artistique incroyable : Le lac d’Eugénie. Il s’agit cette fois d’un véritable spectacle qui entremêle ses nouvelles chansons et quelques-unes du Batteur de grève avec un récit inspiré de faits réels ou autobiographiques. Une sorte de conte rock lacustre co-écrit avec et mis en scène par Nicolas Bonneau de la compagnie « La Volige » (Sorties d’usine, Ali74 Le combat du siècle, Monte-Cristo-…). Des chansons très visuelles dans lesquelles on peut se nicher pour fabriquer sa propre histoire. Un monde parfois étrange et onirique, aux confins du merveilleux. Un univers empreint d’une élégante mélancolie. C’est l’histoire d’un homme qui se perd puis se retrouve… Une quête initiatique où l’on croise un village fantôme à la Tim Burton, une forêt labyrinthique, un bal endiablé et un lac enneigé. Tout s’enchaîne et s’imbrique. On est comme happés… Le spectacle créé en février 2014 donne lieu à un album produit par le label nato et distribué par L’autre distribution : Le lac d’Eugénie sort en décembre 2014.

Pourquoi étais-je seul au monde
Au bord de ce lac d’Eugénie ?
Transi, je me mêlais à l’onde
Qui me lançait des bleus de nuit

Pas un chat, des mille à la ronde
Pas un chant pour me faire un nid
J’attendais que le ciel me sonde
J’entendais ce son de la nuit

Les Affranchies

En 2017, Sylvain reprend une formule duo « augmentée » avec Erwan Martinerie au violoncelle acoustique, électro-acoustique et aux machines. Sylvain s’attaque cette fois à la lettre et écrit un répertoire original uniquement composé de chansons épistolaires. Les affranchies est créé en octobre 2017, co-écrit avec Cécile Delhommeau (cie La Grosse Situation) et mis en scène par Patrick Ingueneau (cie La Martingale). Le spectacle donne lieu à un nouvel album éponyme. Dans Les affranchies, Sylvain chante des lettres intimes et poétiques, engagées et brûlantes, parfois drôles et absurdes. Il tisse un lien subtil entre toutes ces missives, pour mieux nous dévoiler en filigrane son écho de la France d’aujourd’hui. La lettre pour mieux se jouer de l’absence. La lettre pour rendre leur dignité à ceux qui en sont privés. La lettre en forme de résistance à l’urgence et à l’oubli.

Assis sur une pierre, sous un pont de la ville
Je te trace mes mots, de mes mots je te trace
Nous me manquent, tu m’absentes, je te reconstitue
Je viens te dire mes jours et mes nuits de tourment

Je dors en venelle près de mes frères d’infortune,
J’ai faim souvent, j’ai mal, j’ai peur de leur police
Ils viennent dans la nuit, nous délogent et me brisent
Ils viennent dans la nuit mais je m’enfuis déjà

Sylvain GirO & le chant de la griffe
En 2020, Sylvain rassemble autour de lui quatre chanteuses et chanteurs magnifiques, quatre voix singulières et très « timbrées », quatre interprètes venus d’horizon différents : Héléna Bourdaud (Les sœurs Tartellini, Le bal des variétistes), Elsa Corre (Barba Loutig, Duo du bas), Sébastien Spessa (Lo cor de la plana) et Youenn Lange (Lûdjer). Avec l’appui de François Robin (machines, violon, duduck, veuze) au soutien rythmique et à l’écrin sonore, il crée « Sylvain GirO & le chant de la griffe ». Un nouveau répertoire de chansons poétiques et polyphoniques marqué par des influences trad/folk (Bretagne, Écosse, pays baltes, proche-orient, Afrique de l’Ouest.)… Un chœur inouï qui porte haut des textes poétiques, incandescents et vibrants, des mélodies entêtantes, spirituelles ou dansantes. Le concert est créé à l’automne 2020 à La Bouche d’Air de Nantes avec une mise en scène de Patrick Ingueneau, un travail de chœur d’Emmanuel Pesnot, des costumes d’Emmanuelle Thomas et une mise en lumière de Philippe Arbert. L’album sort en 2022. On y retrouve trois invités de renom : le violoniste Jacky Molard (Gwerz, Jacky Molard 4tet), la percussionniste Anne-Laure Bourget (Christine Salem) et le clavieriste Julien Padovani (La face cachée de la lune, Ciac Boum). Une mise en son somptueuse (comme sur scène) d’Olivier Renet (Wajdi Mouawad). Et une création visuelle du dessinateur Loïc Sécheresse (Carnets de manif avec Cyril Pedrosa).

Quand on aura fini les restes
Quand on aura mangé les miettes
Quand on s’en sera mordu les lèvres
Quand on aura bu tout le sang de nos ailes
Quand on aura tant fait la fête
Quand on aura zébré le ciel
Quand on aura tari la glèbe
Sali le sol et souillé le sel
Quand on aura séché la neige
Décapé tout les fonds de la mer
Et flétri la rose dernière
Quand on aura tout pris de la terre
À tout prix, tout pris de la terre

 

Et aussi :

Depuis ses débuts professionnels en 2009, l’itinéraire de Sylvain est protéiforme, ouvert aux collaborations diverses, aux rencontres artistiques :

Duo Mathieu Hamon & Sylvain Girault
Ou l’alliance de des deux maîtres du chant traditionnel à danser de haute Bretagne. Mathieu est la voix tellurique et profonde du Hamon-Martin Quintet. Ensemble ils ont sorti en 2020 leur premier album : La ronde joute et les chants vagabondent, concrétisant ainsi une nouvelle aventure artistique commune lancée le 1er janvier 2019, dans la continuité d’une amitié de longue date et de belles collaborations artistiques. Voici du chant traditionnel « de création », a cappella, à répondre, destiné à faire tourner en rond les hanter dro, ridées, tours, bals et ronds paludiers, rond de Saint-Vincent, pilés, et autres ronds de Loudéac. Les textes originaux écrits par Sylvain en font aussi un superbe répertoire de chanson francophone à écouter. Légers, surréalistes, espiègles, un brin contestataires… on se situe entre l’esprit des menteries traditionnelles et la verve de Boris Vian Bobby Lapointe, Nino Ferrer, Ours du Scorff ou encore Fabulous Trobadors.

Katé-Mé
Le premier groupe de Sylvain, celui dans lequel il a fait ses premières classes, entre 1999 et 2009… Fondé sur la mise en valeur du couple traditionnel biniou-bombarde et du chant traditionnel de haute Bretagne (francophone) et en particulier de Loire-Atlantique et du pays de Redon, ce groupe de concert (et non pas de fest-noz) a marqué le paysage de la musique bretonne des années deux-mille. Il était composé de Philippe Janvier (biniou, bombarde), Erwan Hamon (bombarde), Job Defernez (basse), Patrice Paichereau (guitare) et Hervé Naizin (batterie). Sylvain y a développé un style de chant unique, très rythmique et explosif, influencé par le hip-hop, le ragga et le rock. Il a aussi fait évoluer le groupe vers un répertoire original dont il signait les textes. Katé-Mé a publié quatre albums : Katé-Mé (2001), Entrance (2003), La république des papillons (2005) et Katé-Mé live (2007). Il s’est reformé de façon éphémère pour une tournée en 2016.

Je voudrais être un oiseau ou un papillon qui vole
Qui vole au-dessus des villages, le papillon qui vole
Qui vole au-dessus des maisons, papillon qui vole donc

Il voit toutes les belles dames, la papillon qui vole
Il se pose dessus leurs seins le papillon qui vole
Au-dessus de tout soupçon, papillon qui vole donc

La rue des lilas
À l’occasion de cette reformation du groupe Katé-Mé d’une quinzaine de dates en 2016, Sylvain a écrit et composé la chanson La rue des lilas pour chœur de quatre chanteurs a cappella. Cette chanson, qui ne ressemble pas vraiment à du « Katé-Mé », a connu un succès foudroyant en concert puis sur les réseaux sociaux. Elle est aujourd’hui reprise par une quarantaine de chorales et de chœurs partout en France et même ailleurs en Europe. C’est cette chanson qui lui a donné l’idée de monter « Sylvain GirO & le chant de la griffe ». Elle est reprise par ce groupe depuis 2020 et a même été enregistrée sur l’album éponyme sorti au printemps 2022.

Ce soir je meurs à la guerre
Aujourd’hui pour moi sonne le glas
Mon visage est blanc et mon sang coule à flot
Sur le trottoir de la rue des Lilas

Ce soir je meurs sous vos bombes
Pourtant je n’ai rien fait pour ça
Je ne suis qu’un simple flâneur dans la ville
Sur le trottoir de la rue des Lilas

Brecht
Les étés 2017 puis 2018, à travers vingt-cinq représentations et plus de quatre mille spectateurs, Sylvain GirO fut le compositeur, récitant et chanteur du spectacle de théâtre Le Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht, créé par Christophe Rouxel et le Théâtre Icare à Rieux, Morbihan.

Les Grands sont aveugles. Ils vont tels des immortels
Grands, sur les dos qui s’écrasent. Sûrs,
Des truands qu’ils achètent. Confiants,
Dans la violence qui les sert depuis si longtemps.
Mais longtemps n’est pas toujours.
Temps qui passe et qui change ! Espérance du peuple !

Adieu puissant seigneur ! Marche la tête haute tu veux bien ?
Des fenêtres du palais mille regards ennemis te suivent !
Tu n’as plus besoin d’architectes, un menuisier suffit.
Ce n’est pas un nouveau palais qui t’attend, mais un trou dans la terre.
Regarde encore autour de toi, aveugle !
Regarde encore autour de toi, aveugle !

Tony Hymas
Incroyable rencontre avec l’ancien musicien et collaborateur de Franck Sinatra, de Jeff Beck ou de Michel Portal, ancien membre de P.H.D. (« I won’t let you down ») et actuel de Ursus Minor. Jean Rochard directeur artistique du label nato a commandé deux textes de chansons à Sylvain pour l’album Chroniques de Résistance (ffff Télérama) mis en musique par Tony Hymas : Les flamboyants et Addi Bâ. Pour poursuivre l’échange, Sylvain a demandé à Tony Hymas d’écrire la musique de sa chanson Flânerie vélocypédique sur l’album Le lac d’Eugénie.

Ô que grondent les flamboyants
Et tous les enfants du monde
Tous les partisans
Flamboyants
Les enfants de quinze ans

Notre-dame des oiseaux de fer
En 2010, Sylvain écrit la Notre-dame des oiseaux de fer pour l’album Du silence et du temps de Hamon-Martin Quintet. Celle-ci devient une chanson emblématique de la lutte contre l’aéroport à Notre-Dame des Landes en Loire-Atlantique pendant les années 2010-2018. Elle donne lieu en 2016 à un clip qui réunit plusieurs chanteuses et chanteurs : Bertrand Cantat, Émily Loizeau, Marthe Vassallo, Delphine Coutant, Ana Igluka, Mouss & Hakim, Sylvain GirO, Sanseverino et André Minvielle. L’écho incroyable rencontré par ce clip sur les réseaux sociaux contribue à se petite mesure à faire tomber ce projet inutile et nuisible. Sylvain apoursuivi sa collaboration avec le quintet de Mathieu Hamon, écrivant plusieurs chansons pour les albums du groupe : Les vies que l’on mène (2014), Kharoub (2017), Clameurs (2020).

Tous les cris que l’on sème
Toutes les peines qu’on vit
Toutes les vies que l’on mène
Tous les pères que l’on prie…

Le collectif « Jeu à la Nantaise »
Monté autour de François Robin et Sylvain GirO à l’occasion d’un concert de la scène nantaise au Zénith, le collectif « Jeu à la nantaise » regroupe depuis 2009 Aïcha Lebgâa, Guillaume Blain, Erwan Hamon, Fred Bouley, Thomas Badeau, Pierre Le Normand, François Badeau, Ronan Le Gouriérec et Micha Passetchnik. Comme un écho à l’identité portuaire de la ville, comme un voyage à travers la diversité culturelle nantaise, l’idée de ce collectif est de mélanger dans un tourbillon sonore les musiques populaires orales qui sont jouées à Nantes aujourd’hui : bretonne bien sûr, mais aussi d’Algérie, d’Europe de l’Est, d’Irlande.

La dame blanche
Sylvain a également chanté en fest-noz entre 2005 et 2012 en duo de chant à répondre avec Pierre Guillard sur un répertoire de chants traditionnels de haute Bretagne (francophone). C’est d’ailleurs avec Pierre et sur la base de ses collectages en Loire-Atlantique, qu’entre 2008 et 2012 Sylvain a monté et tourné le spectacle La Dame Blanche. Le spectacle qui mêlait chant, conte et musique (Erwan Hamon flûte et Fabien Gillé oud) était fondé sur un répertoire de chants traditionnels relatifs au légendaire chrétien. Il a donné lieu en 2010 à un magnifique album aujourd’hui difficilement trouvable.

Sans oublier…
Entre 2013 et 2015, Sylvain a fait partie de l’aventure La circulaire de François Robin, avec Erwan Hamon. En 2016, avec Marthe Vassallo, il fut chanteur et auteur dans la création Melezour du Bagad Kemper mise en scène par Patrick Ingueneau. Quelques années il a été de l’aventure « Big Stal » autour de Julien Le Mentec. Sylvain a également fait partie entre 2014 et 2020 d’un trio de musique de fest-noz avec l’accordéoniste Stevan Vincendeau et le violoniste Thomas Felder, dans lequel il alternait le chant… et le violon !