Le batteur de grève

Après dix ans comme chanteur charismatique du groupe Katé-Mé (incontournable en Bretagne) et de multiples expériences musicales, Sylvain GirO se lance sur scène début 2011 dans une nouvelle aventure au rythme de ses propres paroles et musiques, accompagné de deux musiciens exceptionnels. Il signe dès novembre 2011 en autoproduction (dist. Coop Breizh) un premier album Le batteur de grève qui présente son univers original : treize titres allant de la chanson pop à la complainte déchirante en passant par des ambiances plus rock et des plages d’improvisation. GirO goûte le fruit de la maturité grâce à son écriture très visuelle et cinématographique, à sa plume qui cisèle les mots, à sa voix reconnaissable entre toutes, à son style plein de variations rythmiques et mélodiques, qui s’amuse des tempos, du groove et de la syncope... Son œuvre singulière est née d’un grand bain d’influences allant du rock (Velvet, Pink Floyd, Waits...) à la chanson (Bashung, Gainsbourg, Manset, Yacoub), en passant par l’improvisation vocale (Minvielle, Achiary) et les musiques traditionnelles de Bretagne, d’Europe et du monde. Un magnifique album salué par la critique, arrangé et interprété par Julien Padovani (orgue Hammond, Fender Rhodes, chœurs), Jean-Marie Nivaigne (batterie, chœurs), Sylvain GirO (chant, chœurs).

Le dernier rempart 3’57
Le Bourg de Baud 2’49
Clémence 5’32
L’étang Dodelodela 3’32
Le batteur de grève 5’01
Les enfants creusent la terre 3’25
La laide ville de nos pères 4’32
Plus de bruit que le vent 2’27
De la main gauche 3’21
Tu ne seras jamais 5’00
Tapis volant 4’48
Valse à demain 4’04
Le grand défilé 13’00

"Un disque parfois étrange laissant une impression de mystère, tant par certains textes parfois sibyllins, que par l’arrangement musical remarquable des musiciens. Une belle voix simple, claire et puissante, avec des textes bien écrits à résonance poétique qui cisèlent les mots et jouent avec leur sonorité. (...) Une impression dominante de nostalgie, celle de l’enfance notamment. L’amour y est présent mais mystérieux avec l’inaccessible Clémence et "Les yeux de son choix", ou impossible (Tu ne seras jamais). A quoi il faut ajouter le magnifique Je t’écris de la main gauche de la grande Danielle Messia, ici traitée de façon rythmée et sans épanchement lyrique. Et l’union de l’amour et de la mort avec le très beau L’étang Dodelodela. Un thème proche de la fin de Tristan et Yseult. Au total un étrange amalgame d’imagination débridée et de retour constant à un réalisme parfois désespéré. Un album à écouter pour sa profonde originalité, tant dans les textes que dans l’interprétation vocale et les arrangements, où certains pourraient trouver une parenté avec Bertrand Cantat, Gérard Manset ou Gabriel Yacoub. Une parenté seulement car en son genre, Sylvain GirO est bien unique et demande sans aucun doute à être découvert sur scène."

Guy Samson, Revue de chanson française "Récré’Action", N°65, octobre 2012

"Après dix années au sein de l’excellent groupe Katé-Mé, Sylvain GirO franchit le pas en nous offrant un remarquable album solo. Une véritable passerelle entre tradition et modernité. On sent le travail des années antérieures dans une tradition chantée. Le phrasé de Sylvain GirO est impeccable, la voix pleine d’émotion et de sensibilité. On pourrait qualifier ce premier opus d’un hymne à la vie, avec des textes épurés, efficaces, emprunts d’humanité, qui ne font jamais dans la facilité sans pour autant rester obscurs."

Gérard Viel, Trad Magazine, N°143, mai 2012

"Digne héritier de Bertrand Cantat avec sa voix claire et puissante, Sylvain GirO se lance en solo avec un album très réussi. Dans ces chansons souvent originales et aux textes poétiques plane l’ombre des Doors. (...). Un disque chaudement recommandé  !"

Philippe Istria - Batteur Magazine n°256, mars-avril 2012

"Quelle belle découverte. D’abord il y a cette voix. Ah cette voix ! A la fois douce et pleine de force qui vous accroche l’âme et qui vous parle au coeur. (...). Il chante bien mieux que la plupart des chanteurs français, avec plus de profondeur dans la voix et plus de poésie dans les paroles. (...). Le chanteur et ses musiciens forment un tout indissociable. Quant au style de ce groupe, il dépasse la simple chanson française, se hissant la plupart du temps vers des univers rock ou jazz très originaux, indéfinissables et forcément personnels. A découvrir de toute urgence !"

Frédéric Gerchambeau - Ethnotempos n°30, 25 février 2012

Sylvain GirO : l’inconcournable !
Comment se prendre une claque sans avoir mal ? Il suffit d’écouter le premier album solo de Sylvain GirO Le batteur de grève. En 2011, Syvain se lance dans une nouvelle aventure avec son premier album solo. Pop, rock, jazz, cet album est tout à la fois et plus encore. Une voix charismatique, une découpe des mots claire et sensible, des textes poétiques, des mélodies chatoyantes. L’album Le batteur de grève de Sylvain GirO est un bijou !

Coup de coeur de la médiathèque départementale du Jura

"Ce tisserand de la chanson maîtrise aussi bien l’art de la mélodie que celui de la poésie. Avec en prime un coeur gros comme ça. Maître du folk et du funk, cet artiste fait preuve d’une grande inventivité. Il y a aussi du monde autour de lui, des amis qui se montrent respectueux de sa voix."

Le populaire du Centre-Ouest, 15 janvier 2012

"On retrouve avec bonheur sa voix et son phrasé si particuliers. Sylvain chante ses propres compositions (...) dans une ambiance pop rock sobre et efficace, teintée d’influences traditionnelles d’ici et d’ailleurs. Vous prenez une pincée de Manset, quelques gouttes de Bashung, un filet de Katé-Mé bien sûr, et pourquoi pas un zeste de Doors.(...). C’est tout un univers que nous propose Sylvain GirO, une douzaine de petite histoires, poétiques ou tragi-comiques, loufoques ou dramatiques, et toujours bien écrites. C’est une vraie réussite. A acheter les yeux fermés et les grandes ouvertes !"

Pierre Morvan, Le Peuple Breton, janvier 2012

Le grand défilé… C’est le titre de la dernière pièce (12’57’’) de Batteur de grève, le 1er album de Giro. Une magnifique chorégraphie sonore, une musique bruitiste savamment dosée, une voix étrange et perçante qui nous emmène dans une espèce de fête des sens. André Minvielle n’est pas loin, le rock et le slam non plus. (...) Accompagné de Jean-Marie Nivaigne aux percussions et Julien Padovani à l’orgue et Fender Rhodes, le trio divulgue une œuvre travaillée et léchée, excellente musicalement. Les textes sont surprenants : poétiques, pas vraiment engagés, plutôt un ensemble de petites histoires à écouter indépendamment les unes des autres.

Le Cri de l’Ormeau, janvier 2012

"... avec toujours une écriture d’une grande richesse poétique, tout en images, avec de nombreuses allitérations qui écrivent une musique supplémentaire dans ses chansons. La diction de Sylvain GirO fait encore merveille. Les mots fouettent ou caressent et on se laisse porter par ce flot irrésistible. Ce flot doit beaucoup également à Julien Padovani et Jean-Marie Nivaigne, dont les arrangements viennent épouser les contours des textes avec un à-propos de tous les instants. (...). La nouvelle carrière de Sylvain GirO, qu’on savait déjà talentueux en groupe, démarre sous les meilleurs auspices."

Michel Toutous - revue Ar Men, janvier 2012

"Sylvain GirO et ses complices signent ici un opus d’une rare cohérence, la musique ne sacrifiant jamais aux paroles, ciselées comme autant de joyaux. Poème musical ou musique poétique, il n’est pas utile de faire le choix, les mots coulant aussi bien que les notes. Chaque chanson nous plonge dans un univers où la force du cœur est aussi importante que celle du corps, où l’artiste et l’artisan sont unis par la même quête de ce qui résiste au temps : le Beau. Magistral !"

Arnaud Roffignon, ENA Hors les murs, décembre 2011

"C’est comme un Gaëtan Roussel, plus impliqué, plus écorché encore, avec un son, un phrasé breton. Sur le titre suivant, c’est un Gabriel Yacoub qui s’impose comme rare évidence, aussi bouleversant. Et sur d’autres… On peut se livrer au jeu des comparaisons, des associations. A faire le tour, GirO ressemble à pas mal de gens et ne ressemble à rien. (...) Ce premier disque est un choc, une baffe pour qui s’imagine que la chanson ronronne. Chaque titre surajoute à la précédente impression. Surprise et fascination. Avec ce Batteur de grêve, GirO prend certes la tangeante de la pure création, d’une carrière d’auteur. Mais nourrie à l’envi de tous ses acquis précédents, simplement affranchie de ses codes, de ses tics, en toute liberté. Qui plus est d’une interprétation peu commune."

Michel Kemper - blog "Nos enchanteurs" - collaborateur du magazine Chorus/les Cahiers de la Chanson, novembre 2011

"Un formidable album personnel où l’alchimiste mélange encore les vibrations qu’il aime. (...). Sylvain GirO est un paratonnerre, un catalyseur, une éponge magique qui nous livre ici un des plus beaux albums du moment. (...). Les treize titres qui jaillissent là comme sources vives sont maîtrisés, cohérents, habités. Dans le creuset, il y a du folk bien sûr, mais aussi du funk, du rock, du jazz, des échos du monde. Et puis une formidable poésie qui naît de textes signés Sylvain GirO. (...). Un sans faute qui vous tord le coeur. Il faut dire que l’exceptionnelle voix de Sylvain GirO réveillerait n’importe quoi et n’importe qui, tant elle est époustouflante dans la virtuosité et émouvante à coeur dans la ballade. Bref, ce Batteur de grève est un trésor qu’il faut vous procurer toute affaire cessante si vous avez l’oreille ouverte et le cœur voyageur."

Jean Théfaine - revue Place Publique n°30, nov 2011

"A ce qu’il a plaisir à les jeter par-dessus les moulins les codes, les cadres et les balises. Pourtant à vrai dire, Sylvain GirO ne renie rien de ses racines de chanteur traditionnel. D’abord c’est là qu’il a appris à se faire entendre. Ce qu’il ajoute est tout le reste : sa patte personnelle, ses textes, son univers, papillonnant entre ses influences, tantôt Jacques Brel, tantôt Lou Reed. (...). La formule proposée est aussi inédite qu’efficace, jouant sur les trois bandes du traditionnel, de la chanson et de l’improvisation. La voix prend des risques calculés sur un tapis rouge de pulsations, un transibérien rythmique assuré par les moelleux orgues vintage de Julien Padovani, et les percussions intelligentes, rigolotes, et parfois "Cocorosie" de Jean-Marie Nivaigne."

Daniel Morvan, Ouest-France Nantes, 8 novembre 2011

" ... une énergie et une invention stupéfiantes. En plus d’un charisme de combattant ultra-concentré, il a une écriture de vrai poète et une voix d’exception. Il vient de sortir son premier album, Le batteur de grève. Un sans faute de toute beauté."

Jean Théfaine, longtemps journaliste à Ouest-France, collaborateur du magazine Chorus/les Cahiers de la Chanson, oct. 201

"On ne peut être surpris par l’inventivité de ce nouvel album. Notre trublion troubadour s’offre là un véritable opéra rock. (...). L’écriture traduit des thèmes d’actualité sensibles à un Sylvain GirO entouré d’une formation au son résolument rock. Sa voix demeure toujours aussi belle, enveloppante et souple, et ne se boit que mieux lorsqu’elle s’entoure des choeurs assurés par ses deux complices. Le batteur de grève nous promène entre jubilation et gravité."

Gilles Lebreton - Tohu-Bohu n°21, oct.2011

Recevez la lettre d'information  / + Inscrivez-vous